Le rapport 2019 de International Budget Partnership (IBP) qui mesure la transparence budgétaire à travers l’Indice sur le Budget Ouvert a été rendu public ce mercredi 29 Avril 2020.

Le score du Bénin en matière de transparence budgétaire est passé de 39 sur 100 en 2017 à 49 sur 100 en 2019 soit un bond de 10 points.

Ce score place le Bénin derrière le Ghana et avant le Sénégal en Afrique de l’Ouest dont aucun pays n’a encore atteint le seuil de 61 sur 100 points requis pour une transparence satisfaisante.

L’Enquête sur le Budget Ouvert de IBP est la seule évaluation comparative indépendante au monde sur les trois piliers de la responsabilité du budget public : la participation du public, la transparence et le contrôle.

Le septième cycle de cette évaluation biennale, l’enquête de 2019, a évalué 117 pays.          Les indicateurs de cette enquête évaluent la mesure dans laquelle les gouvernements mettent à la disposition du public les documents budgétaires clés en temps opportun, avec des données budgétaires de manière exhaustive et utile. Chaque pays est noté selon un score de 0 à 100 points qui détermine son classement dans l’Indice sur le Budget Ouvert.

Dans une pandémie mondiale qui oblige les gouvernements du monde entier à lancer de nouvelles mesures de dépenses, la dernière Enquête sur le budget ouvert de l’International Budget Partnership (IBP) montre pourquoi il y a lieu de s’inquiéter : sur les 117 gouvernements évalués, quatre sur cinq n’ont pas atteint le seuil minimum de transparence et de contrôle budgétaires adéquats, conformément aux normes internationales.

Selon le nouveau rapport, les gouvernements omettent souvent de publier leurs documents budgétaires clés, qui expliqueraient clairement leurs politiques, décisions et résultats budgétaires. Dans le monde, sur huit documents budgétaires clés que les gouvernements devraient publie, un tiers ne sont pas accessibles au public.

«La pandémie exige clairement une action rapide et décisive, mais la transparence budgétaire, l’engagement civique et un contrôle efficace sont également impératifs », déclare Warren Krafchik, directeur exécutif de l’IBP.

« Alors que les gouvernements réagissent à cette urgence de santé publique massive, les budgets doivent rester ouverts et transparents, et les responsables doivent permettre un engagement public inclusif lors de leur formulation et de leur exécution. »

Comme le montrent les recherches de l’IBP et d’autres organisations, les budgets ouverts offrent une voie prometteuse aux pays pour prospérer socialement et économiquement. Ils peuvent restaurer la confiance dans les gouvernements et renforcer les relations parfois détériorées entre les institutions publiques et les personnes qu’elles sont censées servir.

« Cette crise se déroule à un moment de grande frustration face aux inégalités publiques criantes et à l’échec des gouvernements à y remédier »,   prévient Krafchik.

« La confiance du public pourrait être encore plus ébranlée si les gouvernements ne s’attaquent pas efficacement à la pandémie et recourent à des mesures arbitraires ou favorisant certains intérêts par rapport à d’autres », ajoute t-il.

Bien que cette dernière Enquête sur le budget ouvert (EBO) ait été achevée juste avant la pandémie, elle fournit un aperçu révélateur des pratiques actuelles de 117 gouvernements en matière de publication des données budgétaires, des opportunités créées pour plus d’engagement publique dans le cycle budgétaire et des freins et contrepoids efficaces.

 

Ci-dessous des documents d’enquêtes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici