COMMUNIQUE DE PRESSE

La Banque mondiale a annoncé qu’elle mettrait fin à la publication de ses rapports phares Doing Business (DB). Cette décision est intervenue après une série d’audits internes et la publication d’une enquête accablante qui a révélé de graves irrégularités éthiques, des conflits d’intérêts au sein des services de conseil de la Banque et des manipulations de données dans l’élaboration du classement Doing Business.

L’arrêt de production du rapport Doing Business marque une victoire majeure pour plus de 360 organisations de la société civile, universitaires et syndicats de 80 pays[1] qui ont demandé en début d’année à la Banque mondiale de cesser de publier ses classements Doing Business, et pour tous ceux qui l’ont préconisé depuis la création du rapport.

Depuis le lancement du rapport Doing Business en 2003, la Banque mondiale a classé les pays sur la « facilité de faire des affaires » et a guidé les changements réglementaires attrayants pour les investisseurs privés sans tenir compte du fait que ce qui est bon pour les affaires ne l’est pas toujours pour les personnes et la planète. La Banque a documenté plus de 3 800 changements de politique liés au rapport Doing Business, notamment la baisse des impôts sur les sociétés, la réduction des cotisations de retraites ou de soins de santé des travailleurs et l’assouplissement des règles de protection de l’environnement. « La décision de la Banque mondiale arrive 18 ans trop tard. Beaucoup de mal a été fait dans les pays, réduisant les normes sociales et environnementales et déréglementant leurs économies pour grimper dans les classements. Nous restons préoccupés par l’engagement de la Banque à faire progresser le rôle du secteur privé dans le développement grâce à de nouvelles méthodes d’évaluation. Si la forme change mais que le contenu reste le même, les prescriptions idéologiques de la Banque conduiront à des impacts tout aussi néfastes et aggraveront les inégalités », a déclaré Flora Sonkin, Society for International Development (SID), États-Unis.

L’arrêt du rapport Doing Business témoigne du fait que l’architecture mondiale actuelle de la finance, de la dette et de l’économie n’est pas adaptée aux besoins de transformation structurelle des pays en développement et aux engagements mondiaux dans le cadre du Programme 2030. « Les politiques éclairées par des approches et des méthodologies visant à profiter aux pays riches et aux sociétés multinationales ont été à l’ordre du jour au détriment des économies africaines », a ajouté Adrian Chikowore, du Forum africain et réseau sur la dette et le développement (AFRODAD), Zimbabwe.

Le dernier scandale Doing Business révèle des failles institutionnelles plus profondes qui incluent la corruption et la gestion politique de la recherche et de l’analyse. Cela soulève également des questions sur les autres marges de manœuvre méthodologiques qui ont été accordées dans le développement des statistiques de la Banque mondiale, qui ont en fin de compte un impact sur les indicateurs de développement largement utilisés. « Le truquage des données trouvé dans le rapport n’est que la partie visible de l’iceberg et la crise de légitimité du Groupe de la Banque mondiale s’étend plus profondément dans ses récits, ses idéologies et son programme politique biaisés qui soutiennent les rendements privés au détriment des réglementations d’intérêt public qui protègent l’équité sociale et l’environnement. Une nouvelle manifestation du rapport Doing Business qui continue de promouvoir la concurrence fiscale mondiale, la déréglementation des droits du travail et les dommages environnementaux doivent être évités à tout prix », a déclaré Chee Yoke Ling, Third World Network, Malaisie. Le Groupe de la Banque doit cesser de faire obstacle au rôle de développement actif des États pour diversifier durablement les économies des pays en développement et générer des opportunités de travail décent qui protègent l’environnement pour une véritable reprise verte et juste.

Une refonte structurelle des politiques et des mécanismes de gouvernance de la Banque mondiale est la nécessité de l’heure pour qu’elle ait encore de la crédibilité. « Le dossier Doing Business a révélé le déficit de responsabilité interne de la Banque mondiale. Son annonce de suppression du classement ainsi que des sanctions personnelles ne suffisent pas. L’enquête externe met une fois de plus en lumière les problèmes structurels de l’institution. Des réformes de grande envergure en matière interne des structures de responsabilité sont nécessaires et un contrôle externe est nécessaire de toute urgence », a déclaré Dustin Schäfer, chargé de campagne à Urgewald, en Allemagne.

Roberto Bissio, de Social Watch, Uruguay, a ajouté : « La corruption n’est pas seulement une question de publication phare de la Banque ou de manipulation politique par sa direction. Elle est également profondément enracinée dans la manière dont la Banque mondiale choisit les personnes qu’elle soutient via son guichet de prêt au secteur privé, la Société financière internationale (SFI). Seule l’immunité diplomatique sauve les prêts au secteur privé de la Banque mondiale d’une flopée de cas de corruption. »

En fait, la falsification des données de Doing Business n’est que la dernière d’une longue liste d’actes répréhensibles commis par le Groupe de la Banque mondiale. Une institution en proie à des conflits d’intérêts et marquée par une structure de gouvernance irresponsable et non démocratique ne devrait pas définir ce qui constitue un bon conseil économique pour le monde.

Cette traduction du communiqué a été faite par le Service de communication de Social Watch Bénin.

[1] Voir la liste à : http://bit.ly/3xjNcto

Voir le communiqué dans sa version originale

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici