Publication des résultats 2019 de l’Indice de Perception de la Corruption: le score du Bénin montre que des efforts restent à faire en matière d’Etat de Droit.

1
438

L’Indice de Perception de la Corruption 2019 (IPC 2019) rendu public ce jour par Transparency International (TI), affiche pour le Bénin un score de 41 points sur 100, une augmentation d’un (1) point par rapport à 2018. Cette évolution constante notée depuis les trois dernières années demeure cependant en dessous de la moyenne mondiale qui est de 43 points.

Les résultats du Bénin s’appuient sur 07 enquêtes et évaluations d’experts, à savoir :

– l’Evaluation 2018 des politiques et des institutions des pays (CPIA – Banque Mondiale : https://bit.ly/2umVYL8), 43 points sur 100 ;

– l’Evaluation 2018 des politiques et des institutions des pays (CPIA – Banque Africaine de Développement : https://bit.ly/2RIc3mt), 42 sur 100 ;

– l’Enquête d’opinion 2019 auprès des Chefs d’entreprises (WEF – Forum Economique Mondial : https://bit.ly/3aDmvEA), 40 sur 100 ;

– les Indicateurs des conditions économiques et de risque en 2018 (Global Insight : https://bit.ly/2RN5xe6), 35 sur 100 ;

– l’Indice de transformation 2020[1] (Bertelsmann Stiftung : https://bit.ly/30JUKpl), 41 sur 100 ;

– le Projet Variétés de démocraties (V-Dem 2019 : https://bit.ly/3azxRcA), 54 sur 100 ;

– l’Indice de l’Etat de droit 2019 (World Justice Project : https://bit.ly/2TLsTUh), 33 sur 100.

Comparativement à l’édition précédente de l’IPC, le Bénin est demeuré statique sur deux composantes (CPIA- Banque Mondiale et Global Insight). Il a connu des progrès au niveau de trois composantes (WEF, Indice de transformation et V-Dem) respectivement de 6, 8 et 2 points. Il est noté une régression de 2 points sur une composante (CPIA-BAD). Par rapport à la composante « Etat de droit » basée sur le rapport 2019 de Word Justice Project qui a évalué le Bénin pour la première fois, la note de 33 points sur 100 est la plus faible de toutes les composantes.

Cette dernière composante de l’IPC comprend huit critères à l’aune desquels est mesurée la qualité de l’Etat de droit à travers :

  • les contraintes (législatives, judiciaires, citoyennes) sur le pouvoir de l’Exécutif ;
  • l’absence de corruption dans le secteur public ;
  • le gouvernement ouvert ;
  • les droits fondamentaux ;
  • l’ordre et la sécurité ;
  • l’application des lois et règlementations ;
  • la justice civile ;
  • la justice pénale.

Dans le cas de l’IPC, le critère retenu est « l’absence de corruption dans le secteur public » qui apprécie :

  • si les représentants du pouvoir exécutif n’utilisent pas la fonction publique à des fins privées ;
  • si les fonctionnaires du pouvoir judiciaire n’utilisent pas la fonction publique à des fins privées ;
  • si les fonctionnaires de la police et de l’armée n’utilisent pas la fonction publique à des fins privées ;
  • si les députés à l’Assemblée Nationale n’utilisent pas la fonction publique à des fins privées.

S’agissant de ce critère, sur 126 pays évalués par World Justice Project, le Bénin occupe la 96ème place.

En effet, un État de droit efficace réduit la corruption, combat la pauvreté et les maladies, et protège les citoyens de toutes formes d’injustice. Il est le fondement des communautés de justice, d’opportunité et de paix sous-tendant le développement, une gouvernance responsable et le respect des droits fondamentaux.

C’est face à ces défis du renforcement de l’Etat de droit que l’Indice de Perception de la Corruption 2019 place le Bénin.

[1] L’indice sera rendu public au premier semestre 2020

Cotonou, le 23 janvier 2020.

Télécharger le Communiqué

1 COMMENTAIRE

  1. Bonsoir !
    J’ai lu avec grand intérêt et pertinence le communiqué. Je crois que les efforts doivent être reconjugués pour qu’on parle avec ferveur que le Bénin est un état de droit. Cependant, loin d’être un pays d’état de droit, beaucoup de secteurs en perpétuel dégradation c’est-à-dire , ils sont entrain d’être marginalisés car la liberté d’expression est devenue très archaïque et rude. Il faut que les efforts soient donc redoublés pour que ces refus ou du moins ces barbaries soient dénoncées et punies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici