Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues : Social Watch Bénin appelle à la concrétisation du Plan National Intégré 2019-2023

0
55

(Pour donner un visage humain à la lutte contre la drogue au Bénin)

Tout comme la communauté internationale, Social Watch Bénin a commémoré le dimanche 26 juin 2022, la journée internationale contre l’abus et le trafic des drogues à travers la campagne « Soutenez. Ne Punissez Pas ». Cette célébration a été marquée par  des actions de communication digitale sur les réseaux sociaux avec l’appui du Consortium International pour les Politiques de Drogue. Le thème 2022 de cette célébration est : “Relever le défi de la drogue dans les crises sanitaires et humanitaires”, vient à point nommé pour interpeller le gouvernement béninois sur la nécessité de prendre le décret pour la concrétisation du Plan National Intégré (PNI) de lutte contre le trafic de drogue, l’abus de drogue et la criminalité organisée 2019-2023. Ce plan met en relief la santé et les droits humains dans la lutte contre ce fléau.

Chronologiquement, les gouvernements du monde mettent en avant à l’occasion de la  date du 26 juin, les « progrès » réalisés en matière de contrôle des drogues avec un regard extrêmement punitif. Le Consortium International pour les Politiques de Drogue par le biais de la campagne « Support. Don’t Punish » (Soutenez. Ne punissez pas) s’est appropriée de cette journée pour attirer l’attention sur les conséquences néfastes de la guerre contre les drogues et donc appelle à changer le discours sur les politiques de drogues en faveur de la réduction des risques. Cette campagne est un mouvement qui contribue à faire évoluer les discours, les normes et les pratiques en matière de drogues dans le sens du respect des droits humains, de l’attention et de la solidarité, plutôt que de la punition, de la discrimination et de la stigmatisation. Ce mouvement international s’est engagé depuis 10 ans en faveur de la réforme des politiques relatives aux drogues qui prône la mise en place des mécanismes de réduction des risques.

Depuis quelques années, Social Watch Bénin s’est inscrit dans cette campagne de lutte contre la drogue. Et pour la commémoration de l’année 2022, Social Watch Bénin invite les Organisations de la Société Civile, les hommes et femmes des médias, les acteurs de l’ensemble de la chaîne pénale nationale et les agents d’intervention en milieu psychiatrique à se mobiliser en vue de plaider pour la mise en œuvre effective du Plan National Intégré (PNI) de lutte contre le trafic de drogue, l’abus de drogue et la criminalité organisée. Ce plan qui donne une vision claire des actions et des réformes à mener pour réduire ce fléau au Bénin et particulièrement mettre la santé au cœur de sa mise en œuvre.  Validé depuis mars 2019 par toutes les parties prenantes, il n’est effectif jusqu’à ce jour.

En effet, la mise en œuvre de ce plan dépend inévitablement de la prise d’un décret d’application par le Ministre de la Justice. C’est pour cette raison que Social Watch Bénin invite les autorités Gouvernementales à traduire en acte leur volonté politique de répondre efficacement aux menaces sécuritaires et sanitaires liées à la criminalité organisée, notamment, aux trafics illicites des stupéfiants par la prise de ce décret d’application.

Cette action du gouvernement contribuera à l’exécution d’une politique des drogues qui prend en compte la santé et les droits humains dans la lutte contre la drogue et la mise en place des mécanismes de réduction de risques et des sanctions alternatives.

Social Watch Bénin invite enfin le gouvernement béninois à s’associer à cet appel du Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres : « Nous devons notamment trouver des solutions politiques non discriminatoires, axées sur les personnes, la santé et les droits humains et intensifier la coopération internationale pour enrayer le trafic de drogue et obliger ceux qui profitent de la misère humaine à rendre des comptes ».

Nous devons également renforcer les traitements et les services de soutien fondés sur la science pour aider les usagers de drogues et les traiter comme des victimes qui méritent d’être soignées et non punies, discriminées ou stigmatisées, et renforcer notamment les traitements pour les personnes qui vivent avec des maladies infectieuses comme le VIH/sida et l’hépatite.

Nous ne pouvons pas laisser le problème mondial de la drogue assombrir davantage la vie des dizaines de millions de personnes qui traversent des crises humanitaires. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici