Icog-Bénin renforce les capacités de dix (10) acteurs des médias.
Du 17 au 19 Novembre dernier, le siège de Social Watch-Bénin a abrité les travaux d’un atelier de formation sur la communication non violente. Cette formation est conduite par l’Organisation non gouvernementale ‘’Initiative des communicateurs pour la bonne gouvernance au Bénin’’ (Icog-Bénin), sous l’égide de Social watch Bénin. Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la 3ème composante du programme ADEMO II (Ateliers de la Démocratie) financé par l’Ambassade des Etats- Unis près le Bénin dont Social Watch assure le lead.
Contribuer à l’enracinement de la paix et de la stabilité. Tel est le principal objectif de Icog-Bénin en organisant les travaux de cet atelier de formation avec l’appui de Social Watch au profit d’une dizaine d’acteurs des médias venus de diverses localités du Bénin. Durant les trois jours des travaux, les participants ont suivi avec grand intérêt les différents sous –thèmes exposés par les deux (02) formateurs, M. Firmin Didagbé et la Sœur Brigitte Doko. En abordant le thème ‘’Introduction à la communication non violente’’, ces derniers, membres du Cabinet Saint Augustin de formation, de médiation et d’accompagnement (Casafma) ont bien structuré le contenu des rendus avec méthode et stratégie. ‘’Les sources de violences présentes dans notre langage habituel’’, ‘’la Communication non violente’’, ‘’ les processus de la communication non violente’’, ‘’ l’auto-empathie’’ ‘’l’écoute empathique de l’autre’’, ‘’la gestion des messages difficiles’’, et enfin, la gratitude sont les sous-thèmes majeurs développés par les formateurs. Tout ceci en lien avec le langage lié à l’Observation, le Sentiment, le Besoin et enfin la Demande (OSBD) ainsi que les comportements pacifiques à adopter en temps de crise. Des situations d’apprentissage sur les techniques de la communication non violente ont renforcé les travaux à travers des exercices de cas pratiques et des travaux de groupe.
Cette formation a positivement marqué les participants, dans la mesure où, ils ont assuré que les jugements, les accusations et les évaluations des faits observés sont des sources de violences et de conflits.
A l’issue de la formation, les participants aguerris ont pour mission d’assister les formateurs dans les départements du Bénin et de faciliter le suivi de l’utilisation des acquis de la formation, lors des activités de suivi dans les communes.
Selon M. Dieudonné Houinsou, Secrétaire exécutif de Social Watch Bénin, la promotion de la communication non violente est d’une importance capitale surtout que le monde actuel est traversé par des crises sociales, économiques et politiques du fait d’un dialogue de sourd entre les leaders et les protagonistes.
Il a fait remarquer que face à une préoccupation donnée, les parties prenantes ne prennent souvent pas le temps d’analyser la situation et de s’écouter. Il en conclut que le défaut d’une bonne communication est la cause des situations de mal compréhensions et de crises enregistrées. Conscient du fait que, le Bénin n’en fait pas abstraction, il a reconnu, l’importance de la thématique de la communication non violente dont le but final vise à aplanir les divergences dans le monde. A noter que Mlle. Christelle Saïzonou, chargée du Projet ADEMO II (Ateliers de la démocratie) renouvelle le soutien de Social Watch Bénin pour la mise en œuvre des autres initiatives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici