Appui au Secteur de la Gouvernance Locale et la décentralisation (Phase 2)

0
19
  • Domaines thématiques spécifique de l’initiative: 

Choisir parmi (i) Participation des OSC au processus d’élaboration, de mise en œuvre et du suivi-évaluation des politiques publiques, (ii) la lutte contre la corruption et la transparence dans la gestion des finances publiques, (iii) le contrôle citoyen et la promotion des droits fondamentaux et (iv) le suivi du budget au niveau national et sectoriel.

  • Lieu(x) de l’initiative : préciser les niveaux national, départemental ou communal:

14 Communes du Borgou et de l’Alibori

  • Durée totale de l’initiative: 4 ans (Janvier 2012 – Décembre 2015)
  • Partenaire de financement : Coopération Suisse
  • Montant : 464 732 194 F CFA
  • Les autres OSC partenaires dans la mise en œuvre de l’initiative: ADECOB, APIDA

 

  • Objectifs de l’initiative

Objectif global : Œuvrer  dans les quatorze (14) communes du Borgou et de l’Alibori à faciliter la prise en compte des besoins et l’engagement des populations dans la planification du développement local et à travailler pour de meilleures offres de services aux populations par la mise en application des outils de reddition de compte.

Objectifs Spécifiques :

1- Les capacités renforcées des CPC en contrôle citoyen des services offerts aux communautés par les services publics communaux de santé, d’éducation, d’hygiène et assainissement et pour la prise en compte de l’équité genre au niveau local, a amélioré le bien-être des populations.

2- Les CPC ont contribué par la communication pour un changement de comportement, à l’accroissement des ressources propres des communes pour favoriser des investissements

3- La demande et l’offre de reddition de comptes sur la gestion des affaires publiques dans les domaines de compétence des communes se sont améliorées.

 

  • Groupe(s) cible(s) :

Citoyens, Organisations de la société civile, Autorités locales, Administrations communales, Préfectures, Ministères sectoriels…

  • Bénéficiaires finaux:

Les citoyens, les élus locaux, les populations

  • Résultats obtenus et changements majeurs

Résultats obtenus et changements majeurs En se fondant sur le niveau d’exécution des activités, les résultats obtenus et les effets induits par composante, la mission d’évaluation externe a constaté que le Programme a eu des effets significatifs sur l’amélioration de l’accès des populations aux soins de santé, notamment en influant la qualité de l’accueil dans les centres de santé du Borgou, l’état de salubrité dans les centres de santé et les conditions de travail des agents de santé par le renforcement du plateau technique des centres de santé.

Il en est de même dans le secteur de l’éducation avec l’amélioration de la qualité des infrastructures scolaires à travers les réhabilitations des infrastructures défectueuses.
Les dispositifs de veille citoyenne installés dans les communes (Cellules de Participation Citoyenne) sont de plus sollicités par les autorités locales pour sensibiliser les populations sur des enjeux de développement notamment la mobilisation des ressources locales et la gestion efficiente du foncier. On en déduit une prise de conscience des élus et des populations par rapport au travail des CPC et à l’importance de la bonne gouvernance.
Le Programme a permis de relever un certain nombre de défis du secteur de la décentralisation-déconcentration et de l’aménagement du territoire (dialogue politique, élaboration des instruments et outils de la PONADEC, l’augmentation des ressources du FADeC, l’institutionnalisation de structures capables de porter des politiques régionales de développement, l’appui aux communes et les actions de redevabilité au niveau local.

Le Programme est mis en œuvre selon « une approche acteur » dans le département du Borgou par l’Association de Développement des Communes du Borgou (ADeCoB) et un certain nombre d’acteurs stratégiques composés de : PTF, DGDGL, DAT, DGAE, CeFAL, ANCB, UFeC-ABC, Réseau Social Watch, etc.

  • Activités principales
  • Les conférences publiques ont permis d’établir un contact direct avec les populations des villages qui ne sont pas informées sur le CCAP ;
  • Le renforcement des capacités et les séances ont apporté beaucoup à la compréhension sur le processus de la décentralisation ;
  • Les redditions de comptes priment sur les autres, car ce sont des séances au cours desquelles les populations savent tout sur la mobilisation des ressources propres de la commune (le montant de l’année en cours, des années précédentes, les allocations des fonds recouvrés; l’évolution du budget c’est-à-dire son niveau d’exécution, les difficultés rencontrées etc.) ;
  • Le renforcement des capacités est une activité capitale des actions de Social Watch Bénin. Par exemple, c’est grâce à ces formations que nous avions eu des notions sur les fondements juridiques du CCAP. Ce qui nous permet de nous « défendre » face à certaines situations pour lesquelles on veut qualifier notre intervention d’immiscions gratuites ;

En outre, il y a aussi la sensibilisation sur le recouvrement des taxes, la connaissance des droits et devoirs, l’hygiène et l’assainissement dans les abattoirs, le rôle des élus locaux, de Social Watch Bénin comme interface, etc. le suivi des chantiers, la participation aux sessions du conseil communal.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici